Eh oui, et c’est chaque fois la même histoire, celle d’une poignée d’humains qui tentent de dominer tous les autres en leur faisant peur … Ce que ‘Dame Nature’ ne permet apparemment pas, puisqu’elle installe une ‘contre-peur’ redoutable : celle de périr dans des circonstances atroces!

Là, elle nous l’a donnée ‘avant-coup’, sa semonce, et pas sous la forme d’une ‘drache nationale’, loin s’en faut! Et elle nous laisse maintenant célébrer par beau temps la ‘fête nationale’, évoquant la levée du joug qui pesait naguère sur nos contrées, une forme de ‘libération’ issue d’une petite ‘révolution’ apparemment convaincante. 

On n’en voit plus la moindre trace, aujourd’hui, de cette ‘libération’, maintenant que ‘nos élites’ resserrent les boulons, profitant des traces résiduelles d’une pandémie ratée au vu du nombre de décès au niveau ‘global’ … Et, profitant surtout du ‘remède miracle’ douteux que sont ‘les vaccins’ qui n’ont pas encore fait leurs preuves!

Curieux qu’ILS n’aient pas encore trouvé un médicament nous prévenant, par exemple, des inondations, ou, carrément, du réchauffement climatique … Mais ça viendra, je leur fais confiance! En fait, c’est déjà là, par exemple : roulez en auto électrique à 30 kmh et par beau temps exclusivement, ne vous éloignant pas à plus de 100 km de chez vous et tout ira bien! 

Et, bien entendu, en restant masqué, ganté, pucé, QR-codé, etc. tout du long ; et en manifestant votre ‘bien pensance’ par des mots et des expressions choisies et triées sur le volet, évitant tant que faire se peut d’évoquer ‘tout ce qui gène’ … 

… Un discours que l’on retrouvera vraisemblablement dans ‘le speech’ accompagnant la fête. Ainsi, après ‘Chers Compatriotes’  il y aura du vent, des songes, des mensonges surtout, servant à cacher pudiquement la grande impuissance du politique, du régional, du sédentaire, de l’éminemment visible, celui de ‘la proie’ … Face à l’économique, le global, le nomade qui avance de moins en moins masqué : le prédateur! 

Et, question de le montrer, de la signifier plutôt, il y aura une exhibition du ‘complexe militaro-industriel et policier’, une instance désormais ‘aux ordres de …’ et non-plus, comme naguère, ‘au service de …’. 

Mais ce ‘naguère’ existe-t-il vraiment, ou est-ce là aussi un mensonge pieux qui servait à nous endormir tous depuis des décennies? Ainsi, assiste-t-on ‘au début’ de cette prise de pouvoir, ou est-ce ‘la fin’ d’un long processus qui a débuté bien avant ‘une fake libération’ en 1830 et que nous célébrons chaque année en nous disant que ‘tout danger est écarté’, question de se rassurer? 

On avait pourtant bien compris entre ’14 et ’18 et entre ’40 et ’45 (les guerres ‘mondialisées!) que tel n’était pas le cas, qu’on était dans la nasse qu’agitaient des ‘conflits d’intérêt’ qui étaient loin d’être seulement militaires! 

Puis, est-ce la victoire ‘finale’ du financier sur le politique qu’on célèbre ou ‘La Nature’ n’est-elle pas occupée à calmer les ardeurs de ceux qui croyaient que ‘c’était dans le sac’, pesé et ficelé!? 

C’est ce que je me dis en méditant ce matin radieux du 21 juillet 2021, me baladant dans ma petite ville qui fut soumise à ‘la violence naturelle’. Je pressens, sans pouvoir trop me justifier, que ‘tout n’est pas dit’, loin de là même, et que le ‘coup de force’ auquel on assiste depuis dix-huit mois pourrait bien n’être que la phase initiale d’un long processus à l’issue tout à fait incertaine, tant pour les prédateurs triomphant actuellement que pour leurs victimes désignées qu’ils ont apparemment piégées ‘pour de bon’. 

Me vient l’idée, la métaphore aussi, qu’il y a des lions dans la nature, comme il y a des troupeaux ; et que ceux-ci ne me semblent pas être les esclaves des premiers, bien au contraire : ils ont besoin l’un de l’autre, ces ennemis de toujours, bien plus qu’ils ne l’imaginent, fût-ce pour subsister au sein de Mère Nature … Qui dispose d’eux quand elle le décide et comme elle l’entend!