J’en ai marre de résister à une vague qui m’emporte comme un fétu de paille … ILS sont tous complices et je ne suis pas de taille, ni seul ni en ‘petit groupe’ désarmé. Alors quoi? Collaborer!? Ben oui! Ce qui est humiliant et lâche si ce n’est pas bien pensé. La question devient donc : comment ‘bien penser’ ce renoncement de manière à ce qu’il me soit bénéfique à moi comme aux autres ‘de mon espèce’? … A ceux du ‘petit peuple’ en somme. Comment ‘accompagner’ ce mouvement inéluctable tout en le menant vers ‘ailleurs’ que là où ILS veulent l’amener? 

A bien le regarder, le ‘mouvement’ qui réalise actuellement un ‘coup d’Etat permanent’ est le fait d’une bande d’ingénieux commerçants … Des ingénieurs, des managers, des économistes, des commerçants, des banquiers, ceux qu’on a regroupés sous le nom de ‘technocrates’ et qu’on retrouve partout aux manettes des technostructures. Ils se sont emparés du pouvoir à tous niveaux en soudoyant habilement le personnel politique professionnel, un bon nombre de médecins et de juristes, et cela après avoir, au préalable, ‘acheté’ la presse dans son ensemble.

Et ‘le programme’ qu’ils nous imposent, la ‘nouvelle réalité’ ou le ‘great reset qu’ils nous proposent’, leur ‘grande égrégore’, sans être bien pensante en ce qui nous concerne, a été soigneusement orchestrée de manière à ce que nous soyons tenus ‘par le ventre et par la tête’ … La peur au ventre et la confusion mentale généralisée … Les ingrédients qu’il faut pour nous ‘reprogrammer en masse’ comme si nous étions des machines. Bref, ils nous tiennent aux corps et nous prennent la tête. Et c’est fort bien joué quand on y pense, même si ce n’est pas vraiment neuf. 

Il s’agit, je le reconnais, d’un bel ouvrage socio-psy qui mérite un coup de chapeau! Mais il y manque deux ingrédients essentiels et ils le savent. Et c’est par là que je crois que ‘ceux qui leur résistent inutilement’, les 10% d’entre nous, les ‘éclairés’, les ‘éclairants’, peuvent remettre le pied à l’étrier. Car il y manque ’le coeur’, d’une part, et ‘ce qui nous dépasse et dont on fait pourtant partie’ et qui passe actuellement sous le nom de ‘spiritualité’, d’autre part. Il n’y a donc pas de coeur ni d’esprit dans ce corps aux idées programmables qu’ils nous ordonnent d’endosser … Le trans-humain n’a ni coeur ni esprit! C’est un robot, une machine, fût-elle d’origine humaine! 

Il n’y a pas de coeur dans ‘leur entreprise globalisante’ et ils le savent fort bien, dès lors qu’ils veulent nous séparer, nous éloigner les uns des autres par tous les moyens. C’est, selon moi, essentiellement cette ‘procédure’ qu’ils ont mise en place pour ‘combattre la pandémie’  … Pour nous combattre tous en fait, en nous isolant les uns des autres, en nous transformant en monades dépendantes (en junkies), en ‘un-dividus’ identifiables et, dès lors, contrôlables! Et, du même coup, ils ont barré tout accès que nous pouvions avoir à ‘la spiritualité’, puisqu’il s’agit essentiellement d’un ‘sentiment commun’, d’un égrégore qui fait concurrence au leur! 

Ceci étant dit,  je crois qu’il nous incombe de porter notre combat sur ce terrain-là. Et que les mots d’ordre pour ‘collaborer’ sans leur faire plaisir pour autant (que du contraire) deviennent  ‘croire’ et ‘aimer’! Mais croire en quoi? Je nous suggère de ‘croire au Monde, plutôt à l’Anima Mundi’ ce qui ne veut pas dire ‘devenir écolo’ mais quand même un peu, puisqu’il est clair que c’est essentiellement EUX qui salissent l’environnement pour leur profit exclusif, quand bien même ILS nous en accusent! Ainsi, ‘croire au Monde’ en tant qu’entité vivante que nous aidons à former, à l’unisson de toute les âmes peuplant la nature, me semble être un beau combat.

Quant au ‘coeur’ qui nous recommande d’aimer, cela nous renvoie au romantisme allemand dont l’apogée se manifesta autour de 1800 par là, un mouvement qui voulait faire front au rationalisme ambiant s’étant enraciné en nos contrées depuis Newton et les siens. Le romantisme est une tendance voulant mettre ‘l’être humain’ … Et pas la machine trans-humaine! … Au centre des préoccupations fussent-elles ‘scientifiques’. Les romantiques insistaient sur le fait que ‘l’amour donne sens’ à ce qu’on fait pour vivre ; ils nous signalaient en outre qu’il menait droit à la dimension spirituelle, trans-personnelle. A y regarder de plus près, ils ré-introduisaient  la thématique christique, déjà oubliée à l’époque, qui voulait qu’on aime l’autre comme soi-même, etc., le ‘partage’ quoi, la ‘fraternité’ dont on sait qu’elle fréquente la ‘liberté’ et ‘l’égalité’! 

Je vous recommande d’aller voir ce que Wikipédia dit du romantisme allemand. Je crois que c’est ce ‘mouvement de défense’ qui nous a protégé tant bien que mal, à l’époque, de ‘l’envahissement technocratique’ … Qui n’était pas moins important que celui que nous connaissons actuellement! Quant à moi, je me suis mis, il y a près d’un an,  au moment où ‘la crise’ nous a été imposée par un premier confinement, à l’étude de ce mouvement culturel et social en compulsant abondamment l’oeuvre d’un philosophe oublié qui répond au nom de Georges Gusdorf. Celui-ci a consacré au romantisme allemand quelques ouvrages excellents et le résumant fort bien. L’on peut retrouver ces écrits ‘gratuitement’ sur le web. 

Voilà!