… Au bord d’elle (le beau jeu de mots!) … De la nouvelle égrégore veux-je dire, du paradigme neuf inaugurant l’Ere du Verseau si ça se trouve, où d’un de ceux qui y préparent …!? 

Un(e) ‘égrégore’ (ou eggrégore) est un concept désignant un esprit de groupe constitué par l’agrégation des intentions, des énergies et des désirs de plusieurs individus unis dans un but bien défini … Merci Wikipedia. Ici, il s’agit d’un monde entier peuplé de 7,5 milliards d’âmes, ce qui n’est pas rien!  

Que nous veut-il cet égrégore qui exprime ce que nous voulons collectivement et que d’aucuns tentent de maîtriser? Il nous pose en tout cas de redoutables questions d’une complexité inouïe! 

Et qu’en est-il du vieil égrégore, de l’égrégore démocratique de fabrication occidentale qui semble rendre l’âme!? De quoi va-t-il accoucher en disparaissant … Du pire ou du meilleur? On craint tous le pire, on aspire au meilleur. Mais sans savoir si le pire pour l’un n’est pas le meilleur pour l’autre et inversement. Milliard!

On a donc affaire à deux égrégores, un ancien et un nouveau ; et va-t-en savoir lequel des deux est le plus ancien! Car on est embarqués dans l’histoire de la poule et de l’oeuf! Lequel des deux était là en premier? Eh oui, vu qu’il se pourrait bien que ‘le rêve démocratique, qui a favorisé le libre échange et le tout à l’argent et au commerce débridé sans frontières et nous a transformés en consommateurs privés d’âme, un rêve qui a débuté sa course au début du 17me siècle en Europe’ … Il se pourrait bien qu’il n’était, tout compte fait, qu’un entracte ou un préalable au nouveau rêve collectif qui vient là et qui était en préparation depuis des lunes (depuis Alexandre le Grand en passant par Attila, Charlemagne et Napoléon) … Celui d’une humanité s’unifiant en hurlant de douleur avant que n’éclate sa joie d’être enfin ‘venue au monde’ … L’Unus Mundus prôné de tous temps par ‘les alchimistes et apparentés’ partout au monde!  

Mais est-il si important de le savoir? Car l’un ET l’autre semblent être là, maintenant, simultanément. En même temps que les idées contraires prétendant que  ‘c’est une catastrophe’ ou que ‘c’est une nécessité pour faire advenir quelque chose de mieux’ se chevauchent ‘on the brink’.

Selon mon humble avis, c’est l’un ET l’autre : une catastrophe ET une opportunité. Une opportunité quelque peu forcée mettons, largement instrumentalisée par toujours les mêmes : une poignée de commerçants tordus et mégalomanes qui se sont emparés plus ou moins subtilement des biens et du pouvoir de tous les autres. Eh bon, l’occasion fait le larron et il s’agit très clairement de larrons en foire! 

Mais, indépendamment des opérateurs et de leurs pratiques méphitiques ainsi que de leurs intentions pour le moins douteuses, l’histoire semble s’écrire ainsi de tous temps : d’une chose vient l’autre, parfois de manière surprenante, certes, mais jamais tout à fait inattendue pour ceux qui savent y ‘clair voir’. Mettons que la plupart s’en rend souvent compte après-coup. 

Ainsi, il suffit d’un virus (un composant naturel instrumentalisé par les régnants, une ‘nature cultivée’ en somme) pour faire crouler un empire existant (la démocratie à l’occidentale) … Qui déjà était branlant, certes, mais quand même! Afin d’en édifier un autre qu’on espère meilleur. Car,  l’espoir fait vivre, et les lendemains qui chantent attirent les pèlerins existentiels que nous sommes à nous remettre en marche! Et là c’est plutôt mal barré puisqu’aucune amélioration n’est en vue ; l’on nous désespère et nous immobilise! Est-ce une maldonne, une imprudence voire une bêtise de la part des ‘opérateurs’ humains? Ce n’est pas fort malin de leur part en tout cas. 

Et l’un événement dramatique (le vécu de la poule) ne justifie pas l’autre (le vécu de l’oeuf) ni ne l’incrimine … Comme il en va du bébé qui naît et de la maman qui accouche … Elle se débarrasse et il était prêt à ce qu’on se débarrasse de lui, quand bien même ils souffrent l’un et l’autre! Et, il est important de rappeler qu’ils sont destinés à rester côte à côte fort longtemps après la pénible opération vécue de concert ; que c’est la poule qui étaiera le poussin le temps nécessaire … Avant de finir au pot, eh oui! Et ils vivront idéalement cette période critique sans trop s’en vouloir, au contraire : en se traitant mutuellement avec amour! 

En fin de compte, on ne peut que dire : ‘c’est ainsi’ et ‘qui vivra verra’. Car, c’est de ‘la vie’ ‘elle m’aime’ qu’il s’agit ici, de celle qui compose incessamment, à la fois, avec la Libido (le désir de vivre) et avec Thanatos (le désir de mourir). Et c’est peut-être à ces moments là (ici et  maintenant!) qu’on peut voir au mieux l’influence silencieuse et incessante de l’Ame du Monde, de l’Anima Mundi dont nous entretenaient C.G. Jung et les alchimistes d’antan … Il suffit d’y croire un rien pour que tout ce qui nous entoure se pare d’une autre lumière … Ou de ne pas y croire et de ronronner des théories absconses ou de ronchonner à leur encontre.